Le Fripon Divin

Le Fripon Divin

Sur cette toile faite à partir d’une couverture militaire, le “Fripon Divin” une silhouhette féminine entoure une petite fille. Plusieurs interprétations sont possibles. Cette toile évoque un « moi intérieur » violent qui cherche à sortir, l’enfant dans le ventre de sa mère, un souvenir du sommeil fœtal dans les bras de Morphée. On peut noter l’antithèse entre le support et le sujet. La couverture en laine rugueuse, d’un ton sombre, s’oppose aux broderies de couleur chaude.

les 3 femmes

les 3 femmes

Troué, déchiré, le corps de la femme est mutilé. Oxymore entre ces signes d’extrême douleur et la douceur des courbes féminines. La souffrance est reprise dans le choix des teintes. Couleur du sang et de la mort, la toile, a priori tendre, se révèle violente.

Le danseur

Le danseur

La finesse de la toile évoque celle d’un danseur. Les lignes du corps sont cousues et simulent des courbes en mouvement. Levant les bras au ciel gracieusement, le danseur s’élève. Au dessus de lui dansent des mains, représentant des oiseaux, symbole de la liberté.

Ma croûte au coude

Ma croûte au coude

La pièce de tissu semble prendre racine au sein des couches textiles superposées. Un arbre se détache grâce au relief des tissus. Cousu, peint et séché, le textile prend l’apparence d’une croûte.

Ma croûte au genou

Ma croûte au genou

La pièce de tissu semble prendre racine au sein des couches textiles superposées. Un arbre se détache grâce au relief des tissus. Cousu, peint et séché, le textile prend l’apparence d’une croûte.

ŒUVRES